Il y a peu de temps, ils montraient encore le chemin sans danger vers les ports de Poméranie ; aujourd’hui, ils sont des attractions touristiques de leur sommet se découvre un panorama unique sur la mer et ses environs. Construits au XIXième et au XXième siècle, ils sont actuellement des monuments pittoresques de l’histoire de la navigation.

Le Phare de Rozewie

Des plages de sable, des ravins et des gorges pittoresques, de hautes falaises avec un phare. Voici en résumé le plus captivant des caps de la côte de Poméranie ... le cap Rozewie.

Situé dans le Parc Paysager du Littoral, le cap Rozewie était jusqu'à récemment le point le plus au nord de la Pologne. Depuis le XVIe siècle, il était connu des marins comme le lieu où se trouvait un signal lumineux ; actuellement il abrite le plus puissant phare de la côte polonaise.


Ce phare caractéristique blanc et rouge a été construit en brique et en pierre des champs dès 1823. A l'origine, la hauteur de la tour était de 21,3 mètres, mais les hêtres à croissance rapide entourant le phare ont caché sa lanterne. Au fil des ans, la tour a été surélevée de 20 mètres, et actuellement elle mesure 33 mètres, et son signal lumineux est visible à une distance de 26 miles marins.


L'édifice abrite une exposition permanente consacrée au développement des phares, où vous pourrez admirer notamment le vieux réflecteur du phare de Stilo avec une lentille de Fresnel, des feux de navigation et des maquettes d'anciens phares à commencer par celui de Pharos.


L'une des pièces est la petite chambre dans laquelle Stefan Zeromski a écrit « Le vent de la mer». Elle est actuellement aménagée en salle d'exposition montrant des souvenirs de l'écrivain.


De la galerie, au sommet du phare, vous pourrez admirer le magnifique panorama de Władysławowo à Hel.

Le phare de Rozewie est inextricablement lié à deux légendes. L'une d'elle raconte l'histoire d'un voilier suédois qui a sombré au large des côtes de Rozewie. Un soir de tempête, la fille du capitaine, unique survivante de la catastrophe, a allumé un feu avec l'aide d'un pêcheur cachoube, afin d'avertir les marins. Quand ils sont morts, cette œuvre fut poursuivie par leurs descendants.

La seconde légende concerne l'époque de l'invasion suédoise. C'est alors que les Suédois ont tué le gardien du phare de Rozewie, le soupçonnant de donner des signaux à l'ennemi. La fiancée désespérée a jeté une malédiction sur les soldats, qui ont été transformé en hêtres, qui jusqu'à nos jours entourent le phare.