Catholiques, protestants, mennonites, juifs, ou orthodoxes, mais aussi cimetières militaires. L’histoire mouvementée de la région est inscrite sur les pierres tombales, les épitaphes, ou les mausolées.

Kucki : Les Cimetières de prisonniers de guerre de Czarne

Les forêts entourant le village Czarne conservent les traces de souvenirs tragiques... C'est ici qu'en 1914, était situé le camp de prisonniers russes capturés en Prusse orientale.

On estime que, de 1914 à 1918, environ 12 mille personnes ont été tuées dans le camp et enterrées dans des fosses communes. Avant même le début de la Seconde Guerre mondiale, un camp de concentration pour les opposants au régime nazi se trouvait à Czarne. Les 50 premiers prisonniers sont arrivés au camp dès le 28 juin 1933. Parmi les déportés du camp LAGER III se trouvaient des opposants anti-nazis de Poméranie. Mais le camp fut fermé seulement deux mois après sa création, en raison de la trop grande proximité avec la frontière polonaise.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, sur le terrain militaire de Czarne, se trouvait un autre camp de prisonniers, le Stalag II B - Hamerstein Langer NORD. En septembre 1939, environ 9.000 soldats polonais y furent emprisonnés. Mais ils furent particulièrement bien traités. Ainsi, ils étaient affectés aux travaux agricoles dans la region de Piła et Koszalin, et après le travail, ils avaient la possibilité d'organiser une vie culturelle dans la prison. En plus de travailler la terre, certains des prisonniers de guerre construisaient des baraquements du camp. Outre les prisonniers de guerre polonais, se trouvaient également ici des ressortissants français, belges, néerlandais, britanniques et américains, pour un total d'environ 20 mille personnes. En 1941, le camp fut agrandi d'une nouvelle partie dite Langer Hamerstein OST, pour les prisonniers de guerre soviétiques, parmi lesquels se trouvait un groupe important de Polonais incorporés de force dans l'Armée Rouge de 1939 à 1941.

En 1968, lors de l'étude des tombes des prisonniers, 24 charniers furent découverts. Des objets personnels appartenant aux prisonniers de guerre soviétiques y ont été trouvés. Selon les études préliminaires, car toutes les tombes n'ont pas été étudiées, entre 40 et 70 mille prisonniers de guerre soviétiques ont été tués.