SAINT MONT DE PIRATES

SAINT MONT DE PIRATES

La nature sauvage, de belles vues, des pirates, des diables et des trésors cachés, le saint mont des Słowińcy et ses secrets.

Vu de loin, le mont ressemble à un cône volcanique s'élevant au-dessus des paysages de la Cachoubie. Lorsque nous nous trouvons à son pied, il apparaît comme une énorme masse verte, couverte de gros sapins et de hêtres anciens. Rowokół, le mont saint des Słowińcy est célèbre pour deux choses - la nature sauvage à couper le souffle et les vieilles légendes stimulant l'imagination des habitants des villages environnants et des visiteurs qui y viennent même pour un instant.

La nature sauvage aux pieds

Couvertes de brume le matin, couvertes de mystère le soir, les pentes du mont s'élèvent doucement à hauteur de 115 d'altitude. Presque toute leur surface est recouverte par la forêt formant la réserve naturelle de Rowokół. C'est une sorte de carte de visite du Parc National de Słowiński. Les pistes sur les pentes sont menées de sorte que, même pendant la plus courte distance de marche, on puisse rencontrer des signes des habitants sauvages de cette zone, par exemple les troncs épais sculptés par les castors ou les sentiers battus par les chevreuils et les cerfs.

La vie orageuse au sommet

Les premières traces d'activité humaine dans cette zone proviennent du IXe siècle, lorsque les anciens Słowińcy y adoraient la divinité liée au feu - Swarożyc. Sur la pente sud-est de Rowokół les archéologues ont découvert les restes de talus circulaires, ainsi que le grand four sacrificiel et les restes d'ossements d'animaux. Au tournant des XIIe et XIIIe siècles, on a construit la chapelle de Saint-Nicolas au sommet, cette chapelle a été ensuite remise par Mściwoj II aux moines de Słupsk. Après deux cents ans, la petite chapelle a été transformée en Sanctuaire de Marie, l'une des trois stations pour les pèlerins. Au cours de la Réforme, le bâtiment a été démoli et les pierres de cette chapelle ont servi à construire l'église à Smołdzino.

Rowokół est l'une des plus hautes collines de cette partie de Cachoubie. Parfaitement visible à la fois depuis la terre et la mer, servait pendant des années de point de repère pour les randonneurs et les marins. La nuit, la direction indiquait la lumière des feux de camp, le jour - la colonne de fumée. À la fin du XIXe siècle, ce rôle a été repris par le phare à Czołpino. À l'heure actuelle, au sommet il y a une tour d'observation, à partir de laquelle nous pouvons regarder le paysage de chaque côté.

Le pirate, le diable et l'épingle

Une partie inséparable de l'histoire du Rowokół sont les légendes qui lui sont associées. Selon certains rapports, au fond du massif montagneux se trouve un trésor caché par les anciens pirates - Bandemers, qui partaient pour leurs expéditions du port de Rowy. La route vers le trésor traverse une petite vallée au-dessous du sommet et c'est le diable lui-même qui surveille cet endroit pendant des siècles. Le dimanche matin, pendant la messe, il commence ses farces alors le sommet est couvert d'un brouillard épais.

Selon une autre légende, le mont était autrefois un abri pour une bande de voleurs qui, pendant le règne du prince Racibor, pillait les commerçants, volait des voyageurs et faisait des faux feux pour conduire les navires sur des haut-fonds. Le prince, qui faisait aussi autrefois des expéditions pour voler, pendant longtemps fermait les yeux sur ces faits, mais quand il a également commencé à manquer d'or dans son trésor, il a décidé de leur reprendre des objets de valeur. Le chef de la bande emprisonné et torturé, jusqu'à sa mort, n'a pas dénoncé l'endroit où était caché le trésor. Juste avant la mort, il a avoué seulement que le trésor se trouvait sous une grande roche et la seule façon de l'obtenir était d'enlever l'épingle qui se trouvait sous la roche... mais il n'a pas ajouté que la broche et le rocher étaient un piège mortel.

Vaut le détour

Les alentours de Rowokół sont un endroit idéal non seulement pour une excursion d'une journée, mais aussi pour un séjour plus long. L'église de la Sainte-Trinité, qui date de 1632, et la centrale hydroélectrique près de l'estuaire de la rivière Łupawa au lac de Gardno méritent une attention particulière. Avant d'explorer les sites naturels, visitez le Musée d'Histoire Naturelle du Parc National de Słowiński, dont les expositions montrent la faune et la flore de cette partie de la côte.

Dans le village voisin de Kluki, se trouve le Musée du Village de Słowiński. Ici, au cours des nombreux événements folkloriques, on peut y visiter les anciens chalets et les fermes qui nous rappellent leurs anciens habitants.

En parcourant les dunes de sable, entre le lac de Gardno et Łebsko, on voit une colline s'élever au-dessus de la forêt. Au sommet, il y a le phare de Czołpino ouvert aux touristes. Comme il est situé presque au centre du Parc National de Słowiński, la vue qui s'étend de son sommet est magnifique.

Inspiration du peintre

Vous pouvez admirer le mont de Słowińcy non seulement à la Voïvodie de Poméranie, mais aussi au Musée Brücke à Berlin. Rowokół a fait l'objet du tableau "Lebasee mit Revekol", peint en 1937 par l'un des principaux représentants de l'expressionnisme allemand.