La dénomination "Żuławy" littéralement « Marais » désigne un terrain à la superficie presque complètement plate, unique en Pologne. Le long du delta de la Vistule, reine des rivières polonaise, s’étendent à perte de vue des champs multicolores, mais de temps à autre, le paysage est agrémenté par des saules pleureurs, se penchant au-dessus des canaux. Le caractère agricole des Żuławy est accentué par les villages placés selon les plans des Chevaliers Teutoniques, et les cimetières mennonites magnifiquement situés rappelant ces immigrés des Pays-Bas qui vivaient sur ces terres.

La superficie des Żuławy recouvre plus de 1740 km², dont 450 km² au-dessous du niveau de la mer. Dans la ville de Raczki Elbląskie, se trouve un point situé à 1,8 mètre en-dessous du niveau de la mer, c’est le point le plus bas de Pologne. Dans la zone des Żuławy et ses environs, se situent également des grandes villes comme Nowy Dwór Gdański, Tczew, Malbork et les Trois Cités c’est à dire Gdańsk, Gdynia et Sopot. Une caractéristique des Żuławy est leur situation géographique en dessous du niveau de l’eau, ce qui les rend inondables. L’excès d’eau est régulé par les canaux, les digues anti-inondations, les fossés de drainage et les pompes.

Les premières habitations dans la région des Żuławy datent probablement de l'Age de Bronze. Cependant, peu d’habitants s’établirent durant les siècles suivant en raison de conditions naturelles difficiles: les marécages et le risque constant d'inondation avaient un effet très dissuasif sur les habitants potentiels. Cette situation a changé grâce aux Chevaliers Teutoniques, en effet, ceux-ci ont commencé à assécher les terres, construire des digues et des canaux. Ainsi la région s’est peu à peu peupler. Les habitants ont commencé à couper les forêts et à cultiver la terre. Déjà au XVe siècle, les habitants étaient obligés de drainer les zones. Au XVIe siècle, des Mennonites venus des Pays-Bas se sont installés ici et ont apporté avec eux leurs traditions et leur culture. En plus d’eux, d’autres cultures étaient présentes sur le territoire des Zulawy comme celles : de Poméranie, des Chevaliers Teutoniques, allemande, polonaise, puis après la IIe guerre mondiale, la culture ukrainienne apportée par les migrants des confins septentrionaux de la Pologne de l’entre-deux guerre. Les destructions de la fin de la IIe guerre mondiale furent catastrophiques pour la région : en 1945, l’armée allemande en débâcle détruisit la plupart des digues anti-inondation ainsi que les pompes, inondant ainsi toute la région. Les années d’après-guerre furent celles d’un intense effort pour assécher ces zones, sur lesquelles s’établirent des colons venus de l’intérieur des terres.

Parmi les monuments caractéristiques des Żuławy, nous pouvons citer : les églises pittoresques au clocher caractéristique en bois, les maisons à arcades, les cimetières mennonites magnifiquement situés, ainsi que les constructions des villages datant déjà du Moyen-âge. Vous pouvez également profiter d’autres attractions.

Vous pouvez également faire un tour en train historique à voie étroite, effectuer une croisière le long des rivières et des canaux de la boucle Żuławski, visiter le Parc Historique Żuławski ou découvrir l’itinéraire Mennonite.

Le Château de Malbork

Le Château de Malbork

        C’est l’un des plus grands châteaux dans le monde, et certainement l'un des châteaux les plus impressionnants qui ai subsisté jusqu'à nos jours. Si quelqu'un n'a pas vu Malbork, il ne sait pas à quoi ressemblait une forteresse médiévale.

C'est à la fin du treizième siècle, que les chevaliers teutoniques, combattant efficacement depuis cinquante ans les habitants de la Prusse, ont commencé la construction du château, qui devait devenir la capitale de leur propre État. Le transfert de la capitale de l'Ordre de Venise à Malbork eu lieu un an après la conquête par les Chevaliers de Gdansk et de ses environs, correspondant globalement avec le territoire actuel de la Voïvodie de Poméranie.


La construction d'un tel château a été très longue. Le château a été construit en plusieurs étapes, au fur et à mesure de la collecte de quantités suffisantes de matériaux de construction, et notamment de millions de briques nécessaires pour construire des murs épais et élevés.


La forteresse a été dotée d'une structure en trois parties. Le Château Haut, centre défensif, comportait les cellules des moines, membres de la Capitale du couvent, leurs dortoirs, le réfectoire, et la salle capitulaire, c'est-à-dire le lieu de rencontres et de réunions. Le Château Moyen avait d'abord une fonction utilitaire, qui e ensuite été transférée au Château Bas, lieu de résidence du grand maître ; l'un des plus beaux édifices gothiques au monde ; ainsi que de nombreux bâtiments conçus pour les hôtes toujours nombreux de l'Ordre.


Entouré de plusieurs rangées de murs et de fossés, et constamment modernisé, le château était pratiquement imprenable. Personne ne réussit à le prendre lors d'un siège. L'immense forteresse, dominant complètement la ville voisine, garantissait la sécurité et la continuité du centre du pouvoir de l'Ordre teutonique. Un tel centre a été considéré comme indispensable après que les Chevaliers aient perdus la bataille de Grunwald en 1410. Mais parfois, ce qu'on ne peut pas conquérir, peut être acheté. C'est ainsi que fit Casimir IV Jagellon, en achetant ce château aux mercenaires des teutoniques auquel l'ordre ne payait pas les salaires. Ainsi, la capitale-forteresse de l'Ordre Teutonique est tombé entre les mains polonaises, devenant l'une des résidences du roi de Pologne. Mais il falut encore beaucoup de temps pour réduire à néant la puissance des chevaliers teutoniques.


C'était juste une introduction à l'histoire fascinante de l'Ordre teutonique, des combats de chevaliers, des châteaux gothiques, des enjeux politiques médiévaux. Pour découvrir le reste de l'histoire, vous devrez vous rendre à la forteresse de Malbork, parce que nulle part ailleurs on ne peut entendre les histoires de gloire et de chute des chevaliers en manteaux blancs, et vous pourrez ressentir leur ancienne puissance.