Gdynia est une ville née de la mer et des rêves de la génération des polonais d’avant-guerre, selon les paroles de l’écrivain polonais de cette époque Stefan Żeromski: „…un poème créé dans le bois, la pierre, le béton et le fer, ce puissant drame montrant l’extorsion à la mer de ses eaux, de ses forces, de sa profondeur et de son pouvoir…”. Aujourd’hui c’est une ville moderne qui se développe de façon dynamique, à l’architecture moderne et à l’économie ouverte vers la mer.

Oksywie

Oksywie

    Oksywie est aujourd'hui le plus ancien quartier de Gdynia. La première mention de l'ancien village ecclésiastique "Oxiva" remonte à 1214. L'histoire de la colonisation de la région est encore plus longue, remontant à 65-500 av. J-C. Entre VII - XII siècle, ce lieu hébérgait une ville fortifiée, étant le siège du chef de la collectivité territoriale et plus tard -  de l'administration ducale. Le passé riche d'Oksywie est également confirmé par l'existence d'une paroisse fondée avant l'an 1224, qui est l'une des plus anciennes paroisses de Poméranie orientale. Le véritable joyau est l'église de Saint Michael Archange, aussi compté parmi les plus anciennes de la région.

De nombreuses localités encore existantes, telles que Gdynia, Oksywie, Witomino, Obłuże ou Pogórze, et villages qui ne sont plus visibles sur les cartes telles que Żbikowo, Kochowo ou Gradolew, appartenaient à cette église. Le temple est construit dans une manière caractéristique pour des églises villageoises de Poméranie établies au Moyen-Age. Il dispose d'une nef, qui se termine par un presbytère polygonal. Une tour avec la coupole et l'entrée baroques est située sur le côté est.


L'église est très fortement associée à la Marine. Il y a une épitaphe du père Władysław Miegoń, chapelain de la Marine qui est mort dans le camp de concentration de Dachau, ainsi qu'une plaque dédiée à la mémoire d'admiral Józef Unrug et admiral Jerzy Świrski. Dans l'église, il y aussi des plaques de la Flottille de Rivières Pina et Vistule, et des officiers de la Marine Polonaise executés en 1952. Au dehors, il y a un autel au champ, et derrière lui - sur le mur de l'église - six planches consacrées aux navires de la Marine ( "Grom", "Orzeł", "Jastrząb", "Kujawiak", "Orkan" et "Dragon"), qui ont été coulés au combat au cours de la Seconde Guerre mondiale. Chaque navire dispose d'une plaque individuelle, sur laquelle figure le nom, le lieu et la date du naufrage du navire, la devise d'un poète polonais et la phrase "Mersis in bello" ("Coulé dans la bataille"). En 1983, l'ensemble a été consacré et est appelé Le Petit Panthéon de Marine.


L'église est entourée par un cimetière qui, entre autres, est le dernier lieu de repos des gens liés à cet endroit, importants pour la Pologne et la Marine. Ici reste, entre autres, Antoni Abraham, un Kachoube éminent. Cette nécropole est considérée comme l'une des plus belles en Poméranie.


Oksywie est principalement associé à des installations militaires, dont certains peuvent être visitées. On trouve ici un magnifique complexe de bâtiments modernistes de la Commande de Flotte, une passerelle imposante, construite dans les années 20 du XXe siècle, l'ancienne caserne de la Marine (aujourd'hui Académie navale), et le port naval guerrier. Il y a aussi de nombreux bunkers et abris .